Le blog d'Edmond Simeoni, militant corse de la première heure


La France en Corse

Rédigé le Mercredi 7 Novembre 2018 à 09:34 | Lu 342 fois



Après les ambitions longtemps discrètes puis évidentes, la France s'est imposée en Corse par la défaite de Ponte Novu en 1769. Il y a peu d'exemple que les perdants aient témoigné à leurs vainqueurs au fil des siècles, une telle fidélité, une telle loyauté, une telle affection, soudées dans une longue vie commune de sacrifices – notamment au cours des épreuves et  des guerres - , de liens familiaux contractés avec les français du continent.
Aujourd’hui, le constat s’impose : la France est un Pays d’essence monarchique qui a sacralisé la Révolution, imposé un centralisme désuet ; il a démontré, notamment, il y a peu en Kanaky, que l’esprit de manœuvre, peaufiné depuis le drame d’Ouvéa en 1988, - réglé, en son temps, intelligemment par François Mitterrand et Michel Rocard -, avait prévalu aujourd’hui pour imposer une situation, et s’en glorifier,  d’essence coloniale. Mais le processus d’émancipation est en marche et il aboutira.
La France l’avait emporté militairement en Algérie, après les opérations « Challe » ; elle s’était battue férocement en Indochine, puis avait perdu. La décolonisation a balayé le pré carré français en Afrique. Tout simplement, et cela vaut pour tous les exemples, parce que la force primait sur le droit et la justice.
Si la France persiste dans la politique qu’elle a suivie en Corse, - et ce malgré ses apports majeurs en matière, notamment de sécurité, d’économie et d’éducation – le conflit et l’échec sont garantis. Les 60 ans écoulés, de luttes, de tâtonnements institutionnels l’attestent.
Elle doit renoncer à faire disparaître le Peuple Corse ; si elle prend en compte les volontés démocratiques de l’île ; elle doit construire avec lui un nouveau contrat – dans le respect des intérêts légitimes des parties -, bien entendu dans le cadre européen et en osmose avec notre berceau naturel de la Méditerranée.
C’est la voie de la raison, de l’intérêt mutuel. Espérons qu’ils prévaudront.
 
Le 07 novembre 2018


Docteur Edmond Simeoni
Spécialiste de Gastro-entérologie - 78 ans
Marié, deux enfants, cinq petits enfants
Militant de la Corse depuis 1960



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Mobile