Le blog d'Edmond Simeoni, militant corse de la première heure


Corse : les Déchets. Une solution existe

Rédigé le Samedi 17 Novembre 2018 à 10:01 | Lu 587 fois


Appel aux Corses


Les déchets sont un avatar des Pays développés ; leur production exponentielle, témoigne d’une consommation débridée – mais  inéquitablement répartie - et d’une carence d’organisation que l’on trouve dans trop de Pays. Encore que des régions proches comme celle de Capannori en Italie ont résolu le problème par un tri  à la source qui culmine à 78°/° !!!!!

En Corse, manifestement, on s’enferme dans un échec programmé ; la révolte, légitime,  des victimes des quatre centres d’enfouissement  était inévitable mais volontairement tardive pour laisser le temps de trouver une solution raisonnable. En vain.
 

Le débat fleurit, s’égare, rebondit et même, découvre le problème alors que les écologistes depuis des années, avec l’aide de consultants reconnus et avec notre soutien,  ont démontré pourquoi le tri à la source était la solution de fond. Ce qui n’empêche pas des responsables superficiels ou des gens  ignorants, de préconiser la création d’incinérateurs que la Corse, grâce à ses luttes, a définitivement rejetés. Je leur conseille de lire sur Internet : « Plus  de 45.000 personnes meurent chaque année, en France, à cause de la pollution et les particules fines, cancérogènes ( nées largement des incinérateurs) y jouent un rôle important ; sans parler des bronchites etc. ». Ces chiffres alarmants se retrouvent dans le monde.

 
Plus le temps passe, plus le conflit pourrit et s’enkyste ; " e fune longhe diventanu sarpi - les longues ficelles deviennent des

serpents - " ; le recours à la force serait malvenu, car il peut déclencher l’affrontement et l’imprévisible.


Avec des gens sensés, nous exigeons une recherche de solution rapide, par exemple, en proscrivant les radicalisations  ou le statu quo :

·       Que les responsables ( Etat, Syvadec, CdC)  s’enferment deux jours avec les responsables des centres d’enfouissement - dans une composition équitable - ; il faut une obligation de premier  résultat, assise sur un inventaire dont :

-         L’analyse de la situation actuelle, son évolution prévisible et datée,

-         Les responsabilités des différents  protagonistes.

-         Les orientations crédibles, les solutions possibles,

-         Les engagements respectifs  avec un calendrier.

Cette réunion restreinte n’a pas vocation à décider ; elle doit analyser et proposer.

Cette initiative, claire, ferme, responsable doit permettre de chercher et trouver, très vite, des solutions d’attente, intermédiaires ; la confiance, fragile mais rétablie, elles-mêmes nous autoriseront alors à élargir le débat aux autres élus, à la population, aux associations ( écologistes bien entendu et autres), aux forces représentatives de la société civile et de la diaspora etc . Le termes du débat sont connus, les solutions avérées. En deux mois maximum, on doit avoir, par le dialogue, argumenté et sans heurt,  la feuille de route, consensuelle, de la résolution du problème.

Je vais demander aux responsables, aux Corses et à toutes les forces vives de souscrire à cette proposition, de l’amender et s’ils la refusent, de dire, de manière claire, la solution qu’ils proposent.

La Corse  n’a pas le droit d’échouer sauf à décourager toutes les bonnes volontés et à perdre définitivement toute crédibilité. Mais alors, inévitablement,  la situation dégénèrerait. Impensable.

 
N.B : Bien entendu, si il y a une meilleure solution, je renonce à la mienne


Docteur Edmond Simeoni

Président de Corsica Diaspora

Le 17 Novembre 2018

 



Docteur Edmond Simeoni
Spécialiste de Gastro-entérologie - 78 ans
Marié, deux enfants, cinq petits enfants
Militant de la Corse depuis 1960



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Mobile