Le blog d'Edmond Simeoni, militant corse de la première heure


Veranu corsu - Printemps corse

Rédigé le Vendredi 5 Mai 2017 à 12:26 | Lu 138 fois



Veranu corsu - Printemps corse
Veranu corsu – (Version Corse)
Veranu corsu : un mazzulu di fiori, di muscu di machja, di cultura ; un mazzulu di fede ind’è l’avvene d’issa tarra, di gioia, di prugetti,- purtati da Corsi d l’isula é di a diaspora-, pè l’agriculura tradiziunale é biologica , pè u turismu, pè e nove tecnulugie, pè a ruralità, a creazione d’imprese, a cultura, pè e donne, i giovani….Per vultà in Corsica  ; in fatti, un mazzulu zeppu di spiranze ind’è l’avvene di a nostra tarra.
Omu ùn si po sbaglià, omu ùn na po nigà ; oghje a mossa hè nata é cresce ogni ghjornu, purtata ch’ella hè di a passione cumuna di u populu corsu, in casa soia. U scopu hè chjaru, fermu : rende à a Corsica, a so identità calpighjata, à so terra ferrita, u so distinu di libertà. Distinu universale, ricunnisciutu ind’è  mondu sanu, da u Drittu di i populi à l’Autodeterminazione.
A centu segni, s’induvina u solcu prufondu di u sentimentu naziunale, tracciata da u populu ; e bandere fiuriscenu nant’à e case é i stadi ;  nascenu l’associi per custrui, i gruppi per cantà, i Cullitivi pè l’intaressu generale. I Corsi chi campanu altro hanu rittruvatu a fede ind’è l’avvene di a Corsica : chjamanu, voltanu, facenu pruposte, investicenu. Crescenu l’autori di libri, di puesie, l’imprese nove, l’orti ; e fiere identitarie si sviluppanu ; l’agricultura corsa rifiata, cambia incù l’agricultura biologica ; so dicine de millaie di giovani, masci é femine  à fà u sport ; e muntagne, e fureste rimbonbanu di i passi passiunati di i  corsi é di turisti. L’eculugia é a cultura diventanu u sangue di a Corsica Nova.
Di sicuru chi i strazi passati so stati difficiuli ; di sicuru chi a strada da fà,  ferma sempre longa é tradimentosa. Ma a vulintà, a passione, a ragione, a mudernità ammaestrata, u sivuluppu ghjustu é durevule vanu à innacquà, à fertilizà a Corsica chi a merità ; a so resistenza da millaie d’anni à quelli chi a vulianu sottumette – Barbareschi, Rumani, Pisani, Genuvesi, Francesi, fascisti, hè u segnu d’una passione di a libertà chi ùn stanciarà maï, d’una sete di demucrazia, morta mentre ella nascia incù Pasquale Paoli in 1769. Libertà é demucrazia :  dui puntelli maestri pà a fundazione di a Corsica nova, senza pastoghje é core in pettu, strada diritta… A Corsica sarà.
 
Printemps corse (version française)
 
Un bouquet de fleurs, de parfum de maquis, de culture ; un bouquet de foi dans l’avenir de cette terre, de joie, de projets- portés par les Corses de l’île et de la diaspora- : pour l’agriculture biologique et traditionnelle, pour le tourisme , pour les nouvelles technologies, pour la ruralité, la création d’entreprises ; pour la culture, pour les femmes, pour les jeunes.. Pour retourner en Corse ; en fait un bouquet, dense d’espérances dans l’avenir de ce paradis.
Il est impossible de se tromper, il est impossible de le nier ; aujourd’hui, le mouvement est né et il enfle chaque jour, alimenté par la passion commune du peuple corse, dans sa maison. Le but est clair, ferme : rendre à la Corse son identité bafouée, sa terre blessée, son destin de liberté. Destin universel, reconnu dans le monde entier, par le Droit à l’Autodétermination.
A cent signes, on devine le sillon profond du sentiment national, tracé par le peuple ; les drapeaux fleurissent sur les maisons, sur les stades ; des associations naissent pour construire, des groupes pour chanter, des Collectifs pour l’intérêt général. Les Corses qui vivent ailleurs ont retrouvé la foi dans l’avenir de la Corse ; ils appellent, ils reviennent, ils font des propositions, ils investissent. Les auteurs de livres augmentent, de même pour les poésies, les entreprises nouvelles, les jardins tandis que les foires identitaires se développent ; l’agriculteur corse revit, se diversifie avec l’agriculture biologique ; ils sont des dizaines milliers de jeunes, garçons et filles, à l’école ; les montagnes et les forêts se font l’écho des pas passionnés des Corses et des touristes. L’écologie et la culture deviennent le sang de la nouvelle Corse.
IL est évident que les souffrances endurées ont été pénibles ; bien sûr que la route à parcourir reste longue et semée d’embûches. Mais la volonté, la passion, la raison, la modernité maîtrisée, le développement durables arrosent et fertilisent une Corse qui le mérite ; sa résistance depuis des milliers d’années, à ceux qui voulaient la soumettre – les Barbaresques, les Romains, les Pisans, les Génois, les Français, les fascistes- est le signe d’une passion de la liberté qui ne s’éteindra jamais, d’une soif de démocratie qui est mort-née avec Pasquale Paoli en 1769.Liberté et démocratie, deux piliers principaux pour les fondations de la Corse Nouvelle, sans entraves ; avec le cœur battant et sur la voie de la  droiture. … La Corse sera…
 
Duttore Edimondu Simeoni
Aacciu u 5 di Maghu 2017
 



Docteur Edmond Simeoni
Spécialiste de Gastro-entérologie - 78 ans
Marié, deux enfants, cinq petits enfants
Militant de la Corse depuis 1960



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Mobile