Le blog d'Edmond Simeoni, militant corse de la première heure


Pauvreté Exclusion

Rédigé le Lundi 23 Octobre 2017 à 16:54 | Lu 210 fois


La CLE amplifie et diversifie sa lutte contre l'exclusion et la pauvreté. Bel exemple de solidarité et d'efficacité.



« La Coordination inter-associative de lutte contre l’exclusion (CLE) regroupe neuf associations citoyennes qui ont choisi de se fédérer pour mieux se faire entendre des politiques et gagner en efficacité face aux situations de grande précarité. Au fil des ans, une coopération fructueuse a mûri avec les élus. » ( José Fanchi CN Infos).
 Le Samedi 21 Octobre 2017, a été organisé à Ajaccio, à l’initiative de la « Clé Pumonte », un colloque  sur ces thèmes pour sensibiliser et mobiliser les élus à ces thèmes qui sont une préoccupation sociale, majeure, grandissante. Et qui n’épargne personne. En Corse, près de soixante mille personnes vivent au-dessous du seuil de pauvreté !!!! Les logements sociaux sont insuffisants, la vie est trop chère, le chômage sévit et la Corse a un record de pauvreté !!! Le public était nombreux, motivé.
Les institutions étaient les invitées ; avaient répondu à l’appel, l’Assemblée de Corse, l’Exécutif, le Sgac représentant l’Etat, le député de la Corse du Sud , la Ville d’Ajaccio et la Capa ainsi que le président du Conseil Départemental de la Corse du Sud. L’assemblée a apprécié la présence de l’Evêque d’Ajaccio, très sensibilisé à ces difficultés.
 Après que François PERNIN, représentant le Collectif la Clé, ait situé le problème, souligné sa gravité, l’échange, dirigé par Sampiero Sanguinetti a débuté ;  chacun a fait connaitre son analyse, ses actions, ses propositions, marquant ainsi une sincère convergence sur les inquiétudes partagées et la volonté commune et solidaire affichée de trouver des solutions. Un large débat a permis aux participants, aux organisations de solidarité de s’exprimer, de suggérer des pistes, de souligner des lacunes. D’appeler  à « agir ensemble » et de façon cordonnée, pour limiter le fléau et contribuer à le contenir puis à le résorber.
Il est certain que le chemin accompli a été long – une dizaine d’années- pour atteindre le stade actuel de prise de conscience  et d’engagement. Quand avec le Dr François Pernin, Kikou Chabrol et tant d’autres, nous avons créé un « Collectif contre la précarité », l’intérêt était faible au début ; puis un travail acharné de réflexion, d‘explication, de sensibilisation a fini par porter ses fruits. Le travail technique du Dr Pernin sur le impératifs organisationnels de l’action à mener a été déterminante. Nous avions à l’époque sensibilisé le Président du Conseil Exécutif Ange Santini, rencontré de nombreux élus et personnalités, organisé de multiples rencontres.
Bien entendu le Conseil Général poursuivait son importante tâche sociale ; mais on ne peut pas passer sous silence, le travail de l’Etat, la mobilisation associative (Inseme, « un toit pour les parents à Marseille » -à l’initiative de la diaspora- et tant d’autres qui ont élargi le socle de la mobilisation). Les organisations  de solidarité  ont toujours poursuivi en Corse leur tâche remarquable d’entraide, d’alerte. Puis un jour, avec F Pernin et d’autres, elles se sont fédérées dans la « CLE » qui a marqué une étape importante dans l’évolution de ce dossier. Leur force d’explication, d’action a été décuplée et progressivement la société et de nombreux élus ont pris conscience de ce drame social qui trouve son origine, certes dans les carences du développement, dans les inégalités sociales mais surtout dans des causes structurelles d’un développement inéquitable et mal maîtrisé. Le Docteur Emmanuelli, créateur du Samu International, nous avait confortés ou convaincus dans l’intégration de l’importance de ces facteurs dans la réflexion et l’action. D’où la nécessité de penser et d’organiser une mise en valeur de l’île et un aménagement du territoire qui ne soient pas une source croissante de précarité.
Aujourd’hui, à l’aube de la Collectivité unique, au moment où la prise de conscience et l’implication insulaires sont incontestables et vont crescendo, au moment où on préconise et où amorce un redressement salutaire du civisme, au moment où on pense collectivement à un autre type de développement, plus réfléchi, plus diversifié, plus solidaire, les jalons sont posés, dans une société mieux informée et plus présente, pour que tous les maillons de la nécessaire chaîne humaine et institutionnelle – la population, les élus, le corps social, l’Etat, l’Union européenne- se rejoignent dans la réflexion et l’action collective, concertées.
Dan l’ile, les contacts sont pris, affermis, entre la Clé, la CTC, la Ville d’Ajaccio, la ville de Bastia, l’Etat pour approfondir et opérationnaliser les choix indispensables. L’espérance est là.
 
Les résultats positifsdans cette lutte sont conditionnés par ces exigences. Il faut féliciter sans réserves, toutes celles et ceux, toutes les institutions, qui se sont engagées dans cette voie généreuse et salutaire. Exemple à méditer et à suivre.
 Là encore, eu égard au chemin parcouru, j’ai confiance, malgré la complexité et les difficultés de la tâche.
Docteur Edmond Simeoni
Ajaccio le 23 Octobre 2017


 



Docteur Edmond Simeoni
Spécialiste de Gastro-entérologie - 78 ans
Marié, deux enfants, cinq petits enfants
Militant de la Corse depuis 1960



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Mobile