Le blog d'Edmond Simeoni, militant corse de la première heure


« Pastori di Corsica » Prisentazione à la Bibliothèque Fesch u 7 dicembri 2016

Rédigé le Dimanche 11 Décembre 2016 à 13:25 | Lu 285 fois


"La collecte a été longue et difficile, ( plus de 6 ans) , non seulement pour identifier ces bergers héritiers de la mémoire collective mais aussi pour les convaincre de la nécessité de « jouer le jeu » d’une telle collecte qui venait suppléer une transmission patrimoniale qui s’était brusquement arrêtée. Les contacts n’ont pas toujours été aisés avec des hommes et des femmes méfiants par nature, si longtemps marginalisés et méprisés. Il était donc nécéssaire de rétablir le climat de confiance indispensable pour qu’ils acceptent de transmettent leur savoir. Ce qu’ils ont fait (avec leurs familles et leurs amis) avec beaucoup de gentillesse et de disponibilité" , raconte Pierre- Jean Luccioni.
Premier opus (des 6 ouvrages à paraître prochainement) d'une grande collecte, de 40.000 photographies et plus de 200 heures d'images et de réponse au questionnaire. cet ouvrage réalisé en collaboration avec Philippe Walter, médiéviste reconnu, est intitulé « Usi sacri et Profani » (rites et croyances) .


L’ouvrage « Pastori di Corsica » de Pierre-Jean Luccioni suscite déjà un très vif intérêt qui confirme l’excellent accueil reçu à la Foire du Niolu le 8 septembre 2016.
La décision avait été prise alors de poursuivre la tache de sensibilisation par la présentation de la démarche, en commençant, dans un souci d’équilibre, par la ville d’Ajaccio ; les ouvrages suivants à paraître dans les trois prochaines années seront l’occasion d’honorer d’autres villes de Corse.
Dernièrement s’est tenue à Casamacciuli une réunion majeure consacrée à la préparation des Assises de la Montagne, sous la présidence de Jean-Félix Acquaviva, dans une ambiance studieuse et conviviale, en présence des élus du canton, d’élus territoriaux, et de très nombreux maires de la ruralité.
Fortuitement nous y avons découvert un clip remarquable «  Terre des Bergers » consacré au Niolu et qui avait déjà paru sur YouTube. L’accueil a été exceptionnel et nous avons eu l’idée de le placer en introduction de la présentation de l’ouvrage à la Bibliothèque Patrimoniale Fesch, tant il nous semblait en adéquation avec «  Pastori di Corsica » ; ici encore, l’effet escompté a été obtenu avec une débauche d’appréciations flatteuses, amplifiées par YouTube, Daily motion, FB Twitter, LinkedIn…
En prologue à la réunion, on a présenté l’ouvrage - premier de la série « Pastori di Corsica » - « Usi sacri é Prufani Rites et Croyances » dont la qualité visuelle et rédactionnelle a fait l’unanimité.

 
 

« Pastori di Corsica » Prisentazione à la Bibliothèque Fesch u 7 dicembri 2016
Au nom de Corsica Diaspora qui assure la logistique de la communication, j’ai présenté les différents participants :
*
Pierre Jean Luccioni, l’auteur,  journaliste impénitent de France 3, pétri de corsitude, marcheur infatigable, curieux des hommes, de leur vie, de leur culture ; en l’occurrence les « Bergers corses », assidûment fréquentés depuis des décennies, sur leurs lieux de travail ; il a réalisé plus  de 40.000 photos, des centaines d’Interviews de bergers, dans une   enquête très longue, passionnée, fructueuse. La restitution était révélatrice de la diversité et de la beauté des lieux, des personnages et a permis à l’assistance de découvrir ou de se familiariser avec les rites et croyances de cette génération remarquable, de ruraux, très discrets voire méconnus.
L’objectif avait été clairement choisi : « L’urgence de la collecte » de tous les éléments de cette vaste fresque séculaire était évidente afin de ne pas perdre les témoignages d’un passé qui s’éloignait trop rapidement ; durs à la peine, les bergers étaient un élément majeur de la société corse qui progressait surtout par le travail et la solidarité. L’authenticité était vivante, parlante et  on saisissait mieux l’intrication historique du sacré et du profane.
 
*Philippe Walter, Professeur émérite de l’Université de Grenoble (Alpes) et directeur honoraire du Centre de recherche sur l’Imaginaire, donc consacré aux images et aux symboles ; le conférencier, érudit et modeste, a expliqué à l’assistance, attentive et captivée,  la science des mythes, reliée, avec des exemples probants à de nombreuses pratiques en usage chez les bergers.
 P. Walter avait intitulé sa communication « Le chemin initiatique des Bergers corses » Pourquoi ? Parce qu’il  a adossé leur réalité charnelle, vécue aux mythes et légendes de la Méditerranée, notre berceau naturel. Ici encore nous avons été enrichis et séduits par la qualité des thèmes et la solidité de l’argumentation
 
*Alain Piazzola, l’éditeur, amoureux de la belle ouvrage, avec un palmarès impressionnant d’œuvres insulaires, consacrées à l’histoire, la culture, à la mémoire. Il a annoncé succinctement la parution, étagée, des ouvrages suivants. Déjà de nombreux participants ont procédé à l’acquisition du premier ouvrage de «  Pastori di Corsica » et les commandes affluent.
Cette démarche n’a été possible qu’avec le concours de la Ville d’Ajaccio, de la CTC - grâce à Josépha Giacometti et à son équipe - en charge de la culture, sans oublier l’accueil chaleureux et efficace de la Bibliothèque Patrimoniale Fesch ; et aussi  de Jean Nicolas Antoniotti, ex président de Femu Qui, entrepreneur très connu, qui a convaincu des entreprises corses de participer financièrement à la collecte des derniers éléments de l’enquête, sur le terrain, grâce au concours d’une société locale d’hélicoptères.


Il est possible de tirer un certain nombre d’enseignements :
  • Un homme seul, Pierre-Jean Luccioni,  a mené,  pendant des décennies, un travail de bénédictin pour chercher, témoigner, sans aucune aide financière de quiconque, de la vie collective d’hommes et femmes de cette terre. Contribution essentielle à la vérité de notre Histoire.
  • L’œuvre n’est pas passéiste ; elle plonge dans le passé mais elle est d’avant-garde,  dans ses enseignements de courage, de ténacité, de solidarité pour éclairer l’avenir, le travail, l’espoir.
  • Le peuple corse peut ainsi vérifier que son histoire n’a pas commencé il y a 200 ans mais il y a des millénaires et que les influences sont à rechercher en Méditerranée, ses civilisations (la Grèce et Rome) et dans ses différentes religions.  


Docteur Edmond Simeoni
Spécialiste de Gastro-entérologie - 78 ans
Marié, deux enfants, cinq petits enfants
Militant de la Corse depuis 1960



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Mobile