Le blog d'Edmond Simeoni, militant corse de la première heure


L'acqua in Corsica

Rédigé le Jeudi 10 Novembre 2011 à 18:05 | Lu 234 fois



L'acqua in Corsica

Récemment, notre confrère Corse Matin a consacré un long article à la programmation de l’installation de l’eau brute dans la ruralité où de nombreux agriculteurs attendent, depuis plus de dix ans, que leur exploitation soit desservie en eau. Notamment, à Felicetu, Cuttuli, Sartène, Calinzana, Aiacciu, Cauria….. Le Président de l’Assemblée de Corse y a rappelé  que « la bataillle ne s’est pas gagnée en un jour »  !

Lors de la précédente mandature de l’Assemblée de Corse, le groupe PNC-Chjama naziunale, a multiplié les démarches afin que cesse cette situation scandaleuse, digne du Moyen-Age.

Devant une délégation des agriculteurs corses à Paris, en Janvier 2009,  Mr Barnier avait pris l’engagement de régler ce problème par le recours au PEI, faute de financement spécifique du Ministère de l’Agriculture.

La situation restant bloquée, j'avais à nouveau rencontré le Président du Conseil Exécutif  en Octobre 2009, afin que celui-ci rappelle l’Etat à ses engagements : relance restée sans réponse.

Le 3 janvier 2011, la nouvelle  Présidente de l’Office d’Equipement Hydraulique de la Corse, madame De Gentili, a reçu une délégation conduite par Jeanne Marçon, Premier adjoint de Felicetu, Dédé Nobili, conseiller municipal, et moi-même, représentant Femu a Corsica. Les parties ont convenu de la nécessité de chercher des solutions et, dans la mesure du possible, de  régler rapidement et définitivement ce problème, dans toutes les communes concernées.

Dans ce dossier, nous avons assisté à un renvoi de responsabilités entre l’Etat - responsable historique de la défaillance-, l’Union Européenne, l’OEHC et même la CTC.

Je signale pour mémoire que le barrage de l’Ortolu, à Sartène, réalisé il y a trente trois ans, en 1978, n’avait pas prévu les canalisations pour alimenter les agriculteurs. Un exemple incroyable de gabegie, d’irresponsabilité, de défaillances en série, de gâchis de l’argent public, dans un Pays, la Corse qui recueille neuf milliards de mètres cubes de précipitations par an ! Le problème serait enfin en voie de solution ? Saria tempu !!!

Nous avons aussi tenté, en vain, tenté de réanimer le barrage d’Olivese dont on parlera ultérieurement, en faisant rétablir les crédits (1 million d’euros) destinés aux infrastructures dans ce domaine qui avaient été supprimés ! L’étude a été faite fait ; elle dort dans les tiroirs de l’OEHC ! Il aurait une triple fonction : approvisionner en énergie l’extrême sud-ouest de la Corse, développer l’agriculture locale et peut-être vendre de l’eau à la Sardaigne. ( 200. Millions de mètres cubes d’eau par an )

Ce dossier est l’exemple type de l’inertie que le système politique traditionnel tente de récupérer, in fine,  à son profit, comme il le fait pour le foncier,  les Arrêtés Miot, la langue nationale, la résidence...

La Corse croule sous les problèmes majeurs que le clanisme effleure de manière opportuniste, sans capacité et volonté de les résoudre réellement; sans une forte mobilisation, sans une forte  remise en cause du système claniste, notre peuple disparaitrait. Ce qui est inacceptable.

Dr Edmond Simeoni



Docteur Edmond Simeoni
Spécialiste de Gastro-entérologie - 78 ans
Marié, deux enfants, cinq petits enfants
Militant de la Corse depuis 1960



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Mobile