Le blog d'Edmond Simeoni, militant corse de la première heure


Antoine Sollacaro assassiné

Rédigé le Mardi 23 Octobre 2012 à 17:21 | Lu 405 fois



Antoine Sollacaro assassiné
Toutes les vies ont une valeur équivalente : les plus célèbres et les plus modestes. Y attenter est un crime contre l’homme. Antoine Sollacaro, le militant de la première heure, pilier de la Ligue des Droits de l’homme, l’ancien bâtonnier d’Ajaccio vient d’être rayé de la vie par des tirs meurtriers. Comme tant d’autres, avant lui.

Je revois le jeune étudiant corse, à la Lanterne, à Nice, il ya quelques décennies ; réfléchi, passionné, intègre, il avait la Corse au cœur ; son retour dans son Pays l’avait conduit sur le chemin de l’engagement nationaliste. Il y avait fondé sa famille- son épouse Jeanine, sa fille Anna Maria, son fils Paul. Il était devenu par un travail acharné un remarquable pénaliste, craint dans les prétoires, respecté de ses pairs, consacrant son énergie, son talent à la mission précieuse, irremplaçable de la défense : politique, de droit commun et partout où le concours d’un défenseur était requis. La mission transcendait les contingences, les calculs, les craintes, les préjugés…

Nul n’oubliera le courage tranquille de cet homme à l’écorce rude mais au cœur sensible ; il avait attaqué le préfet Bonnet de front , stigmatisé le tribunal spécial qui devait condamner Yvan Colonna, dont il était convaincu de l’innocence, d’un qualificatif dévastateur de « junte birmane »n, à l’écho majeur. Antoine connaissait la Corse, l’Etat, la Jirs – une officine liberticide selon lui, la quatorzième section du Parquet de Paris, la Cour de sûreté de l’Etat, les polices parallèles, le climat trop souvent glauque de l’ile; il savait que la société corse était dangereuse ; pourtant il avançait sans crainte, sans outrance, pour accomplir son devoir, son chemin d’homme et de citoyen.

Antoine est arrivé au terme de sa vie ; il est parti entouré des siens, de la cohorte de ses amis, atterrés ; il repose sur les rives du Valincu, apaisant , près de ses parents. Un homme de bien, un homme courageux. Ch’ellu riposi in pace.



Docteur Edmond Simeoni
Spécialiste de Gastro-entérologie - 78 ans
Marié, deux enfants, cinq petits enfants
Militant de la Corse depuis 1960



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Mobile